• Un week-end très musical

    Hier j'étais au Studio Raspail où étaient réunis les différents acteurs du Club musical de La Poste afin de dire adieu à cette sympathique salle de spectacle qui lui a ouvert ses portes depuis plusieurs décennies et qui ferme à la fin juin pour cause de vente.

    Et aujourd'hui j'ai rejoint mes collègues choristes dès 14 heures pour le concert annuel de Chœur Choisy, l'une des deux chorales du club, dirigée par Sigismond Gubanski, un chef absolument adorable.

    Concert 2022 de Chœur Choisy à Sainte-Rosalie - Paris

    L'église Sainte Rosalie est aux trois-quarts pleine : deux chorales et un ensemble à cordes au programme, cela a attiré familles et amis.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    C'est mon collègue Jean-Mathieu, une "basse" à la voix puissante arborant une superbe cravate rose (c'est la tenue de notre chorale pour les hommes), qui entame l'après-midi, avec son humour habituel, par un très beau discours parlant de la difficile période d'isolement forcé due au Covid et de la joie de se retrouver maintenant.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Je lui laisse la parole car il écrit mieux que moi...

    "Quel plaisir de se retrouver, de nous retrouver avec les autres ensembles du Club musical et lyrique de La Poste et Orange, quel plaisir aussi et surtout de vous retrouver, vous public, à l’occasion de ce concert de notre chorale. Cela fait 3 ans que nous avons donné notre dernier concert ici même dans cette église : 3 ans, c’est 36 mois et c’est 1128 jours ; rassurez-vous je vous épargnerai les heures et les minutes mais je me tiens à votre disposition à la fin du concert pour ceux qui veulent absolument le savoir. Notre joie est donc à la mesure de ce temps passé sans concert et à la mesure les difficultés et des contraintes de ces de ces trois dernières années. Il a fallu maintenir par tous les moyens possibles l’unité de la chorale, agir pour sa pérennité durant tout cette période ô combien difficile.

    Je voudrais donc dire ici tout ce que notre chorale doit à son chef de chœur, Sigismond Gubanski, sa ténacité, sa volonté et son engagement. Je vous remercie de l’applaudir avec nous. Quelle joie aussi de partager ce moment avec les professeurs de notre Club, Karl Barraquin, professeur de piano, Marie-Jeanne Lechaux, professeur de violon et l’ensemble des Violons du Club musical, René Andréani et la chorale Diaphonie.

    C’est le symbole du lien fort qui nous unit tous, autour du Club musical de notre association et autour de la musique avec l’idée essentielle de faire de la musique ensemble et de partager ces moments avec le public. Je ne peux que m’en réjouir et notre président, Georges Lefèvre, également.

    Je terminerai ce petit propos introductif en remerciant la paroisse Sainte Rosalie et le père Arnaud pour leur accueil. Merci à tous de trouver tous les moyens nécessaires pour ne faire sonner vos portables pendant le concert. Je vous remercie et bon concert."

    Extra, n'est-ce pas ?

    Le concert débute avec l'Ensemble Diaphonie, dirigé par René Andréani et accompagné par Sigismond au piano.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Les choristes exécutent cinq nocturnes de Mozart et un canon d'Antonio Caldara.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Pendant les répétitions de l'après-midi, j'ai pu enregistrer des extraits de deux de ces nocturnes.

    Après Diaphonie, c'est au tour de Chœur Choisy d'être sur la sellette, sous la direction de Sigismond.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

     Grâce aux photos du mari de Laure, ici avec l'écharpe jaune (c'est la tenue de rigueur pour les femmes), je peux vous citer le nom de quelques sopranes car je commence, depuis trois ans que je fréquente cette chorale à connaître, au moins de nom, pas mal de choristes : Martine, Marie-Jeanne, Sandrine, Hélène, surveillées de prêt par Yves, notre ténor à la tresse.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Mon amie Bénédicte, la petite jeune, Jacquotte et Françoise, sopranos elles aussi, et quelques ténors : Vincent, Marc et Daniel

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Il est parfois difficile de "lutter" contre les sopranos car nous sommes côte à côte...

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Je chante dans les alti, tout comme Bernadette.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    C'est Karl Baraquin, l'un des professeurs de piano du club, un grand professionnel, qui nous accompagne au piano cette fois-ci.

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Pas moins de treize chansons à notre répertoire !

    En voici quelques unes...

    Concert Chœur Choisy à Sainte-Rosalie

    Le concert a débuté par un lied de Mendelssohn, "Neujahrslied" (Opus 88, N°1) que je trouve vraiment superbe. Il nous a donné du fil à retordre pour bien prononcer l'allemand que tous ou toutes n'avions pas forcément appris à l'école..., mais grâce à la patience de Sigismond, nous avons "sorti" quelque chose d'approchant !

    Parmi les chansons en français, "Tout va très bien, madame la Marquise" était aussi à notre affiche. Puis ont suivi "La javanaise" de Gainsbourg, pas facile avec ses OU OU OU OU qu'il s'agit de "caler" juste là où il faut. Il faut avouer que pour une fois, nous avons tous.tes été concerné.e.s par cette difficulté : quand ce ne sont pas les ténors et les basses, ce sont les sopranos et les alti qui prennent le relais !

    Avec "Yesterday" des Beatles, nous sommes passé.e.s à l'anglais.

    Avec Sigismond, on apprend les langues !!!

    Puis nous avons interprété le célèbre spiritual "Down by the river side" écrit par Neil Young. J'avoue que je l'adore.

    Comme on dit : ça donne !

    Pour rester dans l'anglais : "When Joshua fit the battle of Jericho", un autre spiritual américain.

    Le pays basque avec "Hegoak", puis "Salakao", un chant traditionnel, de Madagascar cette fois-ci... ont précédé l'intervention de l'Ensemble à cordes de Marie-Jeanne Lechaux, professeur de violon au club.

    L'ensemble des violonistes, accompagné par un violoncelliste et un corniste (Stéphane Legrand), a interprété plusieurs courts morceaux dont ce "Menuet des feux d'artifice royaux" de G.F. Haendel.

    Chœur Choisy a terminé l'après-midi en rendant hommage à Anne Sylvestre, décédée fin 2020, une chanteuse qui a bercé l'enfance de beaucoup d'entre nous, mais qui cette fois-ci a fait dans le "coquin" avec "Grégoire ou Sébastien".

    Nous avons enchaîné avec une chanson populaire italienne originaire du Tessin "Vien sulla barchetta", suivie par un autre chant italien de la Renaissance "Il bianco e dolce cigno" (de Jacques Arcadelt).

    Le Cantate Domino de Vincent D'Indy a presque clos ce concert.

    Pas toujours facile..., mais très beau.

    En final, Sigismond nous a tous.tes dirigé.e.s, dans le Magnificat de Taisé qui a empli toute l'église. Il avait en effet réparti les choristes des deux ensembles entre le chœur (pour Diaphonie), le fond de l'église et les deux tribunes (pour Chœur Choisy), ce qui fait que la musique fusait de partout, accompagnée par l'ensemble des violons et Stéphane au cor.

    Concert 2022 de Chœur Choisy à Sainte-Rosalie - Paris

    Concert 2022 de Chœur Choisy à Sainte-Rosalie - Paris

    On ne pouvait pas se retenir de frissonner de plaisir...

    Ecoutez

    Concert 2022 de Chœur Choisy à Sainte-Rosalie - Paris

    Merci Sigismond pour cette excellente année musicale !


    2 commentaires
  • Ce samedi, j'étais au Studio Raspail : cette ancienne salle de cinéma située au rez-de-chaussée d'un immeuble de 1932, reconvertie en 1982 en salle de spectacle après son rachat par les PTT, doit fermer à la fin juin car elle a été vendue par Orange-France-Télécom.

    Que va-t-elle devenir ? Personne ne le sait...

    Ce week-end, elle était le cadre de plusieurs manifestations artistiques du Club musical de La Poste, une sorte d'adieu à une vielle amie en quelque sorte puisque nous voici quarante ans plus tard : un programme très varié qui a permis d'écouter les élèves du Club dans Schubert, Albeniz, Saint-Saëns, Rachmaninoff, Chopin, Mozart...

    Après que les deux chorales du Club se soient produites brièvement, la Chorale Diaphonie (classique) et le Choeur Choisy (plus éclectique) dont je fais partie , un concert des professeurs nous a été offert.

    Sigismond Gubanski, professeur de piano au Club musical, était au piano avec Eric Seys, le professeur de flûte. Ils ont interprété, en l'adaptant pour la flûte, la romance de Beethoven N°2 en fa majeur, dont il manque malheureusement la fin, mes bras ayant lâché au bout de six minutes...

    A suivi un quatuor avec piano, flûte à bec, guitare basse et percussions dans des suites de Claude Bolling : sympa mais... pas de vidéo !

    Une bonne après-midi musicale et amicale

     


    1 commentaire
  • En ce moment, nous profitons à fond de notre forfait "Trois films par mois" de la Médiathèque de Côte d'Or en ligne. Cet après-midi, nous avons vu un film d'un metteur en scène inconnu (de nous), Naël Marandin, mais avec comme acteur (secondaire), Olivier Gourmet, un gage de qualité donc.

    Il s'agit de "La terre des hommes" : nous y avons découvert une jeune actrice, Diane Rouxel, aussi jolie qu'elle est bonne comédienne.

    Nous venons de voir un film très fort sur le sujet de l'agriculture

    L'exploitation de Bernard, une ferme d'élevage bovin, tourne plus qu'au ralenti. L'agriculteur est épaulé par Constance, sa fille, et par son fiancé, Bruno (joué par Finnegan Oldfield) qui y travaille comme ouvrier agricole.

    Nous venons de voir un film très fort sur le sujet de l'agriculture

    Quand la ferme est menacée d'être saisie, Constance décide de se battre avec Bruno pour la sauver en la rendant plus écoresponsable. Pour cela, il lui faut s'agrandir, investir et s’imposer face aux grands exploitants qui se partagent la terre et le pouvoir. Elle fait alors appel à la Safer (Société d'Aménagement Foncier et d'Exploitation Rurale) à la tête de laquelle se trouve Sylvain Rousseau (joué par Jalil Lespert) qui promet de la soutenir.

    Nous venons de voir un film très fort sur le sujet de l'agriculture

    Un soir où elle est désemparée, ayant reçu une réponse négative de la part de la Safer, elle se rend chez Sylvain Rousseau qui essaie de la consoler...

    Les difficultés du monde agricole et la violence faite aux femmes dans ce monde souvent machiste : le réalisateur réussit un film fort et plein d'émotion.

    La bande annonce

    Un excellent moment de canapé !


    votre commentaire
  • Grâce à notre inscription à la Médiathèque de Châtillon-sur-Seine, nous nous sommes inscrits à la Médiathèque de Côte d'Or "en ligne" : ceci nous permet de voir trois films par mois, sortis récemment, et - s'il vous plait - à la télévision puisque nous avons acheté le boitier ad hoc.

    Justement, nous venons de voir deux très beaux films.

    Le premier, c'est "Madres paralelas" de Pedro Almodovar (sorti en France en décembre 2021) avec les actrices fétiches du metteur en scène espagnol, Penélope Cruz et Rossy de Palma.

    Merci la Médiathèque de Dijon !

    Sur fond de guerre d'Espagne, c'est l'histoire de deux femmes célibataires qui accouchent le même jour et qui nouent des liens malgré leur différence d'âge : l'une a la quarantaine et l'autre n'est qu'une adolescente. Elles deviennent amies, et même amantes, jusqu'au jour où l'une d'elles (jouée par Penélope Cruz) fait un test ADN...

    La bande-annonce

    Le second, c'est "La voix d'Aïda", sorti en 2020, d'une cinéaste bosniaque, Jasmila Žbanić. Nous sommes en juillet 1995, en pleine guerre de Bosnie-Herzégovine : le massacre de Srebrenica fait 8372 morts parmi les hommes, adultes et adolescents. En 2017, on accusa les néerlandais d'avoir contribué à ce massacre en séparant les hommes des femmes.

    Merci la Médiathèque de Dijon !

    Aïda est bosniaque et professeur d'anglais : elle a été réquisitionnée comme traductrice auprès des Casques Bleus néerlandais de l'ONU qui sont chargés de maintenir l'ordre dans cette ville musulmane - déclarée "zone de sécurité" - dans laquelle des milliers de civils bosniaques sont venus se réfugier, fuyant l'armée de la république serbe de Bosnie.

    Chargée de traduire les consignes et de rassurer la foule, Aida est bientôt gagnée par la certitude que le pire est inévitable. Elle décide alors de tout tenter pour sauver son mari et ses deux fils, coincés derrière les grilles du camp.

    La bande-annonce

    Faute de pouvoir faire autre chose...


    votre commentaire
  • Ce soir, je suis sortie avec mon amie Agnès pour aller  écouter à l'Institut du Monde Arabe la 10ème édition des "Escales musicales du musée" qui avait pour thème

    "Les musiques arabes vues par les musiques populaires du sud de l’Italie".

    Pour ce rendez-vous musical, Qaïs Saadi (au chant, Oud et percussions) avait invité la chanteuse Margherita Trefoloni (venue accompagnée de sa guitare) autour d’un répertoire de chants populaires de l’Italie méridionale et du monde arabe. Participaient aussi à ce concert Duccio d'Alò à la guitare et Selma Benlarbi à l'accordéon.

    Nous sommes arrivées de bonne heure à l'IMA pour être bien placées et ma foi nous avons trouvé deux places au premier rang de cette petite salle d'environ 100-150 places communiquant avec le musée et qui permet l'intimité avec les musiciens.

    10ème escale musicale à l'Institut du monde arabe : du jazz avec Qaïs Saadi

    Qaïs Saadi nous a parlé des ressemblances entre la musique arabe et celle de l'Italie du Sud. La chanson qui suit vient du Maroc et c'est lui qui l'a présentée.

    Un concert où vous ne resterez pas assis bien longtemps !

    C'est ce qui était dit sur le site de l'IMA pour faire la promotion de cette soirée musicale. Cette chanson de l'Italie du Sud, qui clôturait ce petit concert d'une heure, ne fait pas mentir leur publicité.

    Il s'agit ici d'un extrait de la chanson "Nina nina nina".

    Une belle soirée musicale


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires